Berlin 00:00:00 London 00:00:00 New York 00:00:00 Chicago 00:00:00 Los Angeles 00:00:00 Shanghai 00:00:00
members login here
Region
Country / State
City
Genre
Artist
Exhibition

Art : Concept: Ulla von Brandenburg "Die Straße" - 30 Nov 2013 to 25 Jan 2014

Current Exhibition


30 Nov 2013 to 25 Jan 2014

Art : Concept
13 rue des Arquebusiers
F - 75003
Paris
France
Europe
T: +33 1 53 60 90 30
F: +33 1 53 60 90 31
M:
W: www.galerieartconcept.com











Ulla von Brandenburg
"Die Straße"
30 november 2013 - 25 january 2014


Artists in this exhibition: Ulla von Brandenburg


Ulla von Brandenburg
"Die Straße"

Art : Concept
30 november 2013 - 25 january 2014
Opening 28 november - 6 to 9 pm

"Would you tell me, please, which way I ought to go from here?"
"That depends a good deal on where you want to get to," said the Cat.
"I don’t much care where –" said Alice.
"Then it doesn’t matter which way you go," said the Cat.
"– so long as I get somewhere," Alice added as an explanation.
"Oh, you’re sure to do that," said the Cat, "if you only walk long enough."
Lewis Carroll, Alice in Wonderland, éd.Gallimard, 1994, p.105

For her third solo show at Art: Concept, Ulla von Brandenburg presents Die Straße, her latest film, which she integrates in a maze-like fabric installation that metamorphoses the gallery’s space. Just like the character shown inside the film; the spectator will be forced to evolve along a path delimited by theatre props. Indoors, this path becomes a route outlined by fabric panels. As it’s often the case with Ulla von Brandenburg’s work: the installation has a lot of importance because it allows the anchorage in space of the piece, developing a dialogue with the site’s specificity and foreshadowing the film’s contents.

While most of the artist’s previous films (from 8 to Singspiel, Chorspiel and Spiegellied 1 and 2) situate the action in real or symbolized indoor settings, Die Straße has been shot outside and its story happens in the street. Ulla von Brandenburg often uses the concept of the house as a protective case to evoke family themes, as well as subjects related to human relations. Whereas in the street the characters that come across each other may be simply acquainted with each other without being related. The street is an open space and the things that happen there are different from the things that happen in the private sphere. In Die Straße, a visitor arrives on a street and becomes witness of a series of events without ever becoming part of things. Recalling the mechanism of Alice in Wonderland, in which the protagonist maintains her position as observer and keeps on trying to understand the functioning of a world which is alien, Ulla’s main character becomes a being apart, someone on the margins of the world that he is discovering and therefore more and more suspect in the eyes of the other characters. During his wandering along the street he becomes us : the spectators, strangers from another world and from other times. We have landed here, incapable of understanding the rites and actions of the men and women who surround us. Just like the young Alice, the few times that the actor tries to interact and intervene, he’s forced to acknowledge the clash between two worlds as well as the incomprehension of the other characters. He would like to help, but should he be allowed to intervene? Won’t he destabilize the frail balance of existing rituals and events?

The question of timelessness is to be added to the distancing notion. Timelessness as one of the subjects often dealt with by Ulla von Brandenburg. She explains it like this: "When something is impossible to define on a time level, the tendency is to automatically relate it to the past. But who can assure us that maybe it is not rather something of the future? It is important for me to situate the action out of time and play with different epochs. My films refer more to historical perspectives than to the past as such.” In her films and installations, Ulla Von Brandenburg creates a distance between the "here and now" level and a relation of temporality through space. This distancing effect functions as a sort of void that can be filled with images or objects to be found both in her films and in the exhibition space.

Objects play a preponderant role in the theatrical art of Ulla von Brandenburg. They can at once feature in her films and be physically present in her artistic production. In her films, objects proliferate in space and ceaselessly keep exceeding the limits of the "accessory" status or that of simple props. In her watercolors and cutouts, objects become many references to the different epochs, rituals and symbols that have constituted our societies. Finally, as individuals, we derive from these objects and the many layers of semantic references that they inspire, and every moment we decide to construct ourselves around them or not. For instance the mirror, taken as a symbol of knowledge and awareness, shows and reflects the different states of reality that surround us: Awareness, reflection, and conscience. Without necessarily tackling a lacanian analysis of things, in which the mirror would promote the awareness of the "I" and of one’s own development as individual, Ulla von Brandenburg, by using that object, certainly wishes to make reference to the individual and his place in society. Who does what? Who makes use of whom? Which price do we have to pay to occupy a place in the pyramid of power?

To all these objects, wandering characters and out-of-time protagonists the artists adds words and sometimes songs, always in German. Her texts remind us of the automatic writings of Surrealists and are always written all in one session and without pause. They are always direct statements comprising a few plays on words and the odd reference to a song… This discourse, rather a spontaneous association of ideas than a narrative, allows the spectator’s brain to automatically create connections and to attribute emotional significance to the work.

Through theatre, staging, artifacts, rituals, light and shadow, as well as through popular traditions, Ulla von Brandenburg’s work invites the spectator to look and consider strange foreign worlds, but also to ask himself a few fundamental questions on the place he occupies and on the role he could be playing…

A.B
Traduction Frieda Schumann

---

" Voudriez-vous me dire, s’il vous plaît, par où je dois m’en aller d’ici?
- Cela dépend beaucoup de l’endroit où tu veux aller.
- Peu importe l’endroit...
- En ce cas, peu importe la route que tu prendras.
- .... pourvu que j’arrive quelque part", ajouta Alice en guise d’explication.
"Oh, tu ne manqueras pas d’arriver quelque part, si tu marches assez longtemps."
Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles, éd.Gallimard, 1994, p.105

Pour sa troisième exposition personnelle à la galerie Art : Concept, Ulla von Brandenburg présente Die Straße, son dernier film, qu’elle intègre dans une installation labyrinthique en tissu métamorphosant ainsi l’espace de la galerie. Comme dans Die Straße qui met en scène un homme évoluant dans une rue délimitée par des décors de théâtre, le spectateur va être invité à progresser dans un espace clos, défini par les pans de tissus. Comme souvent dans le travail d’Ulla von Brandenburg, l’installation a son importance car elle permet un ancrage spatial, elle est spécifique au lieu qui l’accueille car elle développe un dialogue avec lui et préfigure ce qu’il va se passer dans le film.

Après 8, Singspiel, Chorspiel ou Spiegellied I & II dont l’action se situait dans des maisons ou des intérieurs supposés (Chorspiel), Die Straße a été tourné en plein air et l’histoire se passe dans une rue. L’écrin protégé qu’est la maison permettait à Ulla von Brandenburg d’évoquer la thématique de la famille, des relations entre les individus, créant ainsi une sorte de toile connectant les différents protagonistes entre eux. Dans la rue, en revanche, les habitants qui la peuplent peuvent se connaître sans pour autant être liés, la rue est un espace ouvert et les choses qui s’y passent diffèrent de celles inhérentes à la sphère privée. Dans Die Straße, un visiteur entre dans la rue et devient le témoin d’une série d’événements tout en restant à l’écart. Rappelant les mécanismes d’Alice au pays des merveilles, dans lequel le personnage principal maintient sa position de regardeur et essaie de comprendre le fonctionnement de ce monde qui lui est étranger, l’acteur principal devient un être à part, en marge du monde qu’il découvre, devenant au fur et à mesure suspect aux yeux des autres. Dans son errance à travers la rue, il devient nous, les spectateurs, étrangers venus d’un autre monde, d’un autre temps et débarquant ici, incapables de comprendre les rites, les actions de ces hommes et femmes qui nous entourent. Comme la jeune Alice, les rares fois où il tente d’intervenir, on assiste au télescopage de ces deux mondes et à l’incompréhension des autres protagonistes. Lui veut aider mais le fait-il vraiment? Ne finit-il pas par déstabiliser l’équilibre existant au sein de ces rituels, de ces événements?

A cette notion de mise à distance s’ajoute la question de l’intemporalité, thème souvent abordé par Ulla von Brandenburg dans son travail, qu’elle explique ainsi : “Quand on ne peut pas définir quelque chose temporellement parlant, on lui attribue automatiquement une affiliation au passé. Mais qui peut dire qu’en fait il ne s’agit pas plutôt du futur? C’est important pour moi de placer l’action hors du temps et de jouer avec les différentes époques. Mes films évoquent davantage une perspective historique que le passé en tant que tel”. Dans ses films et installations, Ulla von Brandenburg crée une distance entre le "ici et maintenant" et la temporalité/espace. Cette mise à distance fonctionne comme une sorte de vide qui peut être comblé par des images ou des objets que l’on retrouve à la fois dans le film et en même temps dans l’espace d’exposition.

Les objets ont un rôle prépondérant dans l’art théâtral d’Ulla von Brandenburg et on les retrouve aussi bien dans ses films que dans ses oeuvres plastiques. Dans le cadre des films, ils prolifèrent dans l’espace et ne cessent de dépasser le statut d’accessoire ou de simple élément de scénographie. Dans ses aquarelles et papiers découpés ils deviennent autant de références à des époques différentes, des rites, des symboles qui ont construit nos sociétés. Car finalement de ces objets et références multiples découle ce que nous sommes, nous nous fabriquons et évoluons ou non avec eux. Prenons l’exemple du miroir, objet central dans le travail d’Ulla von Brandenburg, ce dernier est utilisé comme objet, artifice de théâtre et de jeu, il permet d’établir un lien en la fiction et la réalité. En regardant à travers un miroir, nous accédons à un autre niveau de perception et de sens. Le miroir est un symbole, symbole de la connaissance, du savoir, il montre et reflète différents états de la réalité qui nous entoure: connaissance, réflexion, conscience. Sans pour autant rentrer dans une analyse lacanienne des choses où le miroir permet de prendre conscience du "Je" et de notre propre développement en tant qu’individu, Ulla von Brandenburg en utilisant un tel objet fait allusion à l’individu, sa place dans la société, qui fait quoi? Qui utilise quoi? Quel prix doit-on payer afin de prendre place dans la pyramide du pouvoir?

A ces objets, ces personnages errants, ces protagonistes indatables, s’ajoutent des paroles souvent chantées, toujours en allemand. Les textes rappellent l’écriture automatique des Surréalistes et sont écrits en une seule fois sans pause. Il s’agit toujours d’un discours direct, avec des jeux de mots, des références à des chansons... Ce dialogue, davantage associatif que narratif, permet alors au cerveau de créer automatiquement des connexions et de donner des significations émotionnelles à l’individu qui regarde.

Via le théâtre, la mise en scène, les artefacts, les rites, l’ombre, la lumière ou les traditions populaires, le travail d’Ulla von Brandenburg amène le spectateur à regarder, appréhender des mondes étranges, mais finalement l’amène à se poser la question fondamentale de la place qu’il occupe et du rôle qu’il joue...

A.B

www.galerieartconcept.com






SIGN UP FOR NEWSLETTERS
Follow on Twitter

Click on the map to search the directory

USA and Canada Central America South America Western Europe Eastern Europe Asia Australasia Middle East Africa
SIGN UP for ARTIST MEMBERSHIP SIGN UP for GALLERY MEMBERSHIP