Berlin 00:00:00 London 00:00:00 New York 00:00:00 Chicago 00:00:00 Los Angeles 00:00:00 Shanghai 00:00:00
members login here
Region
Country / State
City
Genre
Artist
Exhibition

Art : Concept: Ulla von Brandenburg - Neue Alte Welt - 30 Oct 2010 to 23 Dec 2010

Current Exhibition


30 Oct 2010 to 23 Dec 2010

Art : Concept
13 rue des Arquebusiers
F - 75003
Paris
France
Europe
p: +33 1 53 60 90 30
m:
f: +33 1 53 60 90 31
w: www.galerieartconcept.com











Ulla von Brandenburg
Still from the film "Chorspiel" 2010, blu-ray DVD, B/W, sound
Web Links



Artist Links





Artists in this exhibition: Ulla von Brandenburg


Ulla von Brandenburg
Neue Alte Welt

vernissage le 30 Octobre 18h-21h
Opening Oct 30th 6-9pm


ENGLISH VERSION BELOW

Art: Concept est heureux d'annoncer la seconde exposition personnelle d'Ulla von Brandenburg à la galerie.

CSP: Pour ton exposition personnelle chez art: concept, que vas-tu produire? Comment est-ce que cette nouvelle exposition s'inscrira-t-elle ou rompra-t-elle avec les précédentes?

UVB: L'exposition chez art: concept sera liée à la performance que je vais réaliser en septembre, pendant ma résidence au Lilith Performance Studio de Malmö en Suède. La performance se développera sur quatre semaines, je vais collaborer avec un chœur suédois de vingt-cinq personnes, hommes et femmes. Je suis actuellement en train d'écrire le texte (en allemand) et la musique de cette pièce. La performance est structurée comme une tragédie grecque c'est-à-dire que le chœur fonctionne comme une conscience prenant la forme d'un commentaire, d'une voix extérieure ou de raison, ou encore se faisant l'écho des solistes.

CSP: Cela me rappelle la performance à laquelle j'avais assisté à l'Auditorium de la Tate Modern pendant l'exposition The World as a Stage. Il y avait une voix extérieure, un chant qui commentait d'une certaine façon le tableau vivant sur la scène.

UVB: Oui, mais il s'agissait de ma voix, alors que pour cette nouvelle performance, je vais travailler avec un chœur, une véritable voix extérieure en somme.

CSP: Et est-ce que tu seras aussi interprète dans cette performance?

UVB: Un petit peu seulement, je vais plutôt privilégier le travail avec le chœur et avec cette voix. Le chœur sera sur scène et chantera. Comme dans les tragédies classiques, l'action sera d'un côté de la scène et le chœur de l'autre. Le décor en revanche sera de style baroque, ce sera un décor roulé. Il y aura un grand rouleau à gauche, un petit rouleau à droite et un panneau que quelqu'un fera glisser. Le décor roulera progressivement et apparaîtra au cours de la performance, comme un paysage qui apparaît par la fenêtre quand on est dans un train.

CSP: Donc l'ensemble du décor, de la représentation d'un lieu, tient sur un rideau, comme sur une toile, une peinture, c'est exact?

UVB: Non, le décor sera sur papier, en noir et blanc. Je vais peindre et recomposer une image à partir de différentes sortes de paysages qui m'intéressent en tant qu'images de l'inconscient: la mer agitée, une forêt, un lac, des pierres, des falaises, une grotte etc…Le grand panneau va défiler, comme un grand tableau ou comme une fresque qui va permettre au décor de changer, rendant ainsi visible le temps qui passe. À partir de cette performance, je vais tourner un film (probablement 16mm), mais qui sera une œuvre en soi et non pas la documentation de la performance. Je vais donc extraire la performance du décor, de la scène et le la filmer dans la nature. Mais je ne sais pas encore où. Je vais utiliser une steadycam et la chorégraphie sera vraiment mise en scène pour l'image de la caméra, pour être filmée.

CSP: Comme à la fin de Singspiel finalement? Le travelling finit sur les personnages qui se retrouvent tous sous une tente…

UVB: Exactement, sauf que la caméra au lieu de s'arrêter quand elle arrive dehors continuera de filmer. Donc le plan-séquence commencera cette fois-ci dans la nature, dans ce décor qui est réel. Ce sera ce film que je présenterai chez art: concept.

CSP: Tous tes films sont donc des plans-séquences.

UVB: Cela conserve l'échelle 1/1 en termes de temps. Ce qui est intéressant aussi est de travailler avec l'exigence budgétaire imposée par un médium comme le film 16mm. Chaque prise est relativement coûteuse, en plus c'est un long plan-séquence, donc on ne peut pas refaire le film plus de trois fois. Si parmi les trois prises, une partie ne me plaît pas, je dois l'accepter, je ne peux rien changer. C'est cette part de hasard qui est importante aussi dans mon travail.

CSP: D'accord, c'est donc vraiment la technique qui structure ton œuvre. Pour en revenir à l'exposition chez art: concept, ce film tourné dans un décor naturel sera donc projeté dans une partie de la galerie et dans l'autre salle, que comptes-tu présenter?

UVB: Un ensemble de sculptures faites de rubans, des dessins d'aquarelles et aussi des objets…

CSP: Par rapport à ce projet de grande ampleur que tu vas mener à Malmö. Tu cumules toutes les fonctions, tu contrôles toutes les étapes de la production. Tu es à la fois auteur, compositeur, scénariste, décorateur, interprète, chef d'orchestre, réalisateur!

UVB: Oui mais c'est quelque chose de très ancien, je n'invente rien. Je suis très intéressée par Wagner par exemple…

CSP: Par le gesammtkunstwerk, l'œuvre d'art totale tu veux dire?

UVB: Exactement, Wagner concevait les décors, la mise en scène, le script, la musique etc…j'aime l'idée de tout faire! Cela donne une cohérence que tu n'as pas forcément si les tâches sont séparées. Il faut aussi y voir avec humour bien sûr, une forme de mégalomanie. Comme cette performance de 2007 à la Tate, où tous les acteurs finalement avaient ma voix. Ainsi, j'étais omniprésente, omnisciente aussi et je contrôlais tout le monde. Évidemment, ce n'est pas le but en soi d'avoir tous les pouvoirs, mais c'est une proposition avec laquelle j'adore jouer, une forme de fiction très intéressante.

Extrait de l'interview entre Ulla von Brandenburg et Caroline Soyez-Petithomme, Juillet 2010.

voir aussi pour la performance de Ulla von Brandenburg @ Lilith performance Studio

http://www.lilithperformancestudio.com/

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Art: Concept is pleased to announce Ulla von Brandenburg’s second solo exhibition at the gallery.


Excerpts from the July 2010 interview of Ulla von Brandenburg by Caroline Soyez-Petithomme:

UVB: The exhibition at Art: Concept is connected to my September performance at the Lilith Performance Studio of Malmö, in Sweden. This performance will take place over a period of four weeks. I will work with a Swedish choir of twenty-five singers, both men and women. I am currently writing the text (in German), and the music for this piece. The performance will be structured similarly to a Greek tragedy, which is to say that the choir acts as an exterior voice of reason, like a “voice-over” conscience, and sometimes echoes the solo-singers.

CSP: Will you also participate in this performance?

UVB: Only a little bit, I prefer not to interfere with the choir and the work of its voice. The choir will be present on stage and will sing. Like in Greek tragedies, the action will take place on one side of the stage while the choir performs on the other. The décor, however, will be a baroque-style and will consist of a rolled-up set. There will be a big wound-up big scroll on the left wing, and as it is unwound into the empty roll on the right, the images of the backdrop will appear. The background will continuous roll by, so that the scenery unravels, like the landscape seen from a train.

CSP: Does that mean that the whole set, the entire backdrop, will be on a curtain, similar to the canvass of a painting?

UVB: Not really, because it will be on paper, and in black and white. The images will consist of different sorts of landscapes that interest me as subliminal images: rough sea, forest, lake, rocks, cliffs, a cave etc… The big poster will unravel like a painting or a fresco, and will allow the decor to change and make visible the passage of time. I’ll make a film (probably 16 mm format) out of this performance, which will be a separate work of art and not just an illustration of the performance. I’ll then isolate the performance from the set and the stage and refilm it outdoor, in a natural location that I haven’t yet chosen. For this, I will use a steady-cam and the scenes will be rechoreographed with the camera in mind.

CSP: So, are all your films basically sequence shots?

UVB: Well, they consist of a 1/1 scale on a time level. It is also necessary to work within the budgetary restraints imposed by a medium such as the 16 mm format. Each shot is relatively expensive, and the fact is that with a long sequence shot, we can’t do more than three takes. If during the three takes something happens that I don’t like, I must accept the fact that I can’t change it. Chance is a defining characteristic of my work.

CSP: All right, your work is therefore really structured by technique. The film, shot in a natural environment, will be projected in one of the gallery’s rooms. What do you plan to show in the other room?

UVB: A set of sculptures made from ribbons, drawings, watercolors and a few objects…

CSP: It’s a major scale project that you are about to carry out in Malmö. You will combine many tasks and exert direct control on all stages of production. You will be author, composer, scriptwriter, set-designer, performer, orchestra-director and filmmaker!

UVB: Yes, but tradition plays an important role and I am not inventing anything new. For example, I am very much interested in Wagner …

CSP: You mean the Gesammtkunstwerk, the total artwork?

UVB: Exactly, Wagner created sets, curated productions, and even wrote both script and music. I like the idea of doing everything! Through total control you can achieve an overall coherence that is more difficult to obtain when tasks are delegated to different people. Through this process we can also perceive a form of megalomania, although not without a certain sense of humor. An example might be my 2007 performance at the Tate, where all the actors had my voice, which made me ever-present, omniscient and in total control of the situation. Of course, being all-powerful is not an end in itself, but it’s something I love to play with, a very interesting form of fiction.



Excerpt from the July 2010 interview of Ulla von Brandenburg by Caroline Soyez-Petithomme


See also for Ulla von Brandenburg's performance at Lilith Performance Studio
http://www.lilithperformancestudio.com/






SIGN UP FOR NEWSLETTERS
Follow on Twitter

Click on the map to search the directory

USA and Canada Central America South America Western Europe Eastern Europe Asia Australasia Middle East Africa
SIGN UP for ARTIST MEMBERSHIP SIGN UP for GALLERY MEMBERSHIP